Niwaki

  • NIWAKI - portrait 1
    UN FONDATEUR PASSIONNÉ PAR LE NIWAKI

    A la fin des années 90, alors qu’il est encore étudiant en sculpture à Londres, Jake Hobson découvre au Japon l’art de la taille des végétaux : le Niwaki (littéralement « arbre de jardin ») Il se forme sur place et élabore sa propre vision, associant tradition japonaise et art topiaire européen. Comprenant l’importance de la relation unissant le jardinier à ses cisailles, il décide de rencontrer les artisans qui les fabriquent. L’envie de diffuser en Europe ces outils uniques le pousse à fonder sa marque ; Niwaki est née.



  • NIWAKI -  portrait 2
    DES OUTILS FAÇONNÉS PAR DES MAITRES FOREGERONS

    Jake Hobson a sélectionné dans des ateliers familiaux situés dans l’ouest du Japon, notamment à Sanjo, épicentre de la métallurgie nippone, des sécateurs, des ciseaux, ainsi que des couteaux. Il fait aussi fabriquer par certains de ces artisans des outils d’exception sous la marque Niwaki. Chaque pièce est patiemment forgée, chauffée et trempée après façonnage, poinçonnée, aiguisée, testée et ajustée, afin de garantir la combinaison de flexibilité et de dureté typique de l’acier japonais ainsi qu’un tranchant impeccable.



  • NIWAKI - portrait 3
    UN ACIER EXCEPTIONNEL

    L’acier japonais, très pur et allié au carbone, est réputé pour sa résistance et son tranchant. Qu’il soit Shirogami (aussi nommé « White paper steel », au faible taux de carbone) ou Aogami (« Blue paper Steel », au taux plus élevé de carbone, associé à d’autres alliages), il offre une capacité d’affutage bien supérieure à l’inox, mais reste sensible aux chocs qui peuvent l’écailler. Bien entretenus, ces outils durent une vie.



Suivez @maisongodillot sur Instagram